Chargement ...
Désolés, une erreur s'est produite pendant le chargement du contenu.

Nataloité - Immigration - Diaspo ra

Développer les messages
  • François Gauthier (FFI)
    Notre histoire originale : Une natalité massive. VRAI Le présent : Une immigration massive pour nous submerger. VRAI Peut-on compter sur la diaspora ? J en
    Message 1 sur 4 , 10 nov.
      
      Notre histoire originale : Une natalité massive. VRAI
      Le présent : Une immigration massive pour nous submerger. VRAI
       
      Peut-on compter sur la diaspora ? J'en doute
       
      Cette diaspora est profondément anglicisée.
      J'en connais un bout. J'en viens.
      Je suis arrivé au Québec d'une zone très francophone de l'Ontario en 1962.
      Il y a déjà plus de 55 ans.
       
      Je suis venu parce que je voulais fonder une famille qui puisse vivre en français sans le risque constant d'assimilation.
      Tous les enfants de mes frères, soeurs, cousins et cousines qui sont restés en Ontario sont profondément anglicisés.
      Ils croient parler français mais leur langue est un sabir, une langue sérieusement créolisée. 
       
      Je répète : ils croient parler français et disent au recensement parler français.
      Mais en réalité ils sont incapables d'entretenir une conversation soutenue en français.
      Ils doivent constamment passer à l'anglais tellement leur vocabulaire et les usages du bon parler est déficient.
       
      Pourquoi passent-ils à l'anglais ?
      Parce qu'ils sont fréquemment dans l'incapacité d'élaborer leur pensée en français, donc incapable de transmettre leurs pensées dans cette langue.
      J'ai personnellement vécu cela lorsque je suis arrivé ici en 1962.
       
      Je comprenais tout, mais lorsque venait le temps de parler je n'arrivais pas à m'exprimer.
      Tant que je ne suis parvenu à surmonter cette lacune, je pensais constamment à cette phrase de Boileau qu'on m'avais enseignée :
      Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément.
       
      Or cette diaspora auquels certains peuvent rêver (sauf exception rarissime) ... est incapable de concevoir une pensée en français.
       
      EST-CE QU'UN RETOUR EST POSSIBLE D'UNE PARTIE DE CETTE DIASPORA ?
      (C'était cela la question de Robert Bertrand)
       
      Il y a une autre embuche supplémentaire.
      Les préjugés sur la francophonie québécoise.
      La première fois que je suis venu au Québec, je fus surpris que les francophones du Québec étaient comme les autres gens que j'avais rencontré hors Québec.
      Je précises. Je fus surpris de découvrir au sujet de francophones d'ici, qu'il ne s'agissait pas d'une sous-espèce de l'humanité.
       
      Comment se fait-il que j'aie eu pareille idée ?
      Au Canada anglais, les médias ne véhiculent que des nouvelles négatives sur les francophones du Québec.
      Même les choses dont les francophones ont raison d'être fiers sont rapetissées, ridiculisées, ou on évite carrément d'en parler.
       
      Faute de nouvelles valorisantes sur les francophones, la désinformation est constante de sorte que cette diaspora à laquelle on pourrait rêver ne viendra pas. 
      ==================
      Ajoutons à cela d'autres facteurs tels l'identification linguistique et culturelle.
      L'identification n'est pas une abstraction.
      C'est un fait réel construit : par l'habitude, par l'environnement social, par l'usage.
      Et cette identification se construit par l'ahésion à des mythes culturels identitaires. 
       
      J'explique.
      Il y a quelques mois j'assistais à un souper gala de Franco-Ontariens.
      On y a chanté l'O Canada et tenu des discours qui étaient entièrement orientés sur leur identité locale.
      Il n'y avait pas la moindre intervention publique de nature à manifester un attachement important à son peuple d'origine.
      Ils étaient entièrement fermés sur eux-mêmes.
       
      Voilà belle lurette qu'au Québec on se fout de l'O Canada et de la Reine. C'est très différent.
      Pour que la diaspora commence à s'intéresser à nous et à l'idée de venir s'établir ici, il y a tout un chemin à faire.
       
       
       
       
      ----- Original Message -----
      Sent: Friday, November 10, 2017 2:22 PM
      Subject: Re: Pays-du-Quebec] Nous sommes des enfants d'Amérique/La noyade: L’immigration massive condamne à terme le français et rend impossible l’indépendance.

       

      Et si le Québec s'occupait de la diaspora, vivrait - on un retour ?

      Parlerions-nous d'une plus grande voix ?

      Ne serait-ce pas un devoir et une richesse pour nous tous que de se retrouver et d'agir ENSEMBLE ?

      Robert Bertrand


       


      ---------- Message d origine ----------
      De : "Lorraine Dubé lorraine.dube@... [Pour-le-Pays-du-Quebec]" <Pour-le-Pays-du-Quebec@...>
      Daté : 10 novembre 2017 à 00:57

       


       

      Suite à mon envoi La noyade, une de mes contacts me répond avec ce courriel qu'il me fait plaisir de partager avec vous. LD


      Lorraine,

      Comme je finissais d’écrire ce qui suit à Mathieu Bock-Côté, je recevais ton courriel sur LA NOYADE.

      « Serait-ce que les grands esprits se rencontrent ? » Ha ! Ha ! Ha!

      Diane

      ================


      De : geline
      Envoyé le :10 novembre 2017 00:20
      À : mathieu.bock-cote@...
      Objet :Réaction à votre chronique "LA NOYADE"


      Le Québec n’est pas le résultat d’une immigration massive depuis près de 500 ans, mais plutôt d’une natalité massive!


      Avez-vous pris connaissance de ce texte du 30 juillet dernier de Jacques Noël:

      «Nous sommes des enfants d'Amérique

      Notre histoire est complètement différente: nous ne sommes pas le produit d'une immigration massive, comme le reste du continent, nous sommes le produit d'une natalité massive, phénoménale, à peu près unique au monde... »

      http://quebec.huffingtonpost.ca/jacques-noel/nous-sommes-des-enfants-damerique_a_23049729/?utm_hp_ref=qc-homepage

       

      J’admire votre intellect et votre honnêteté intellectuelle.  Je vous suis depuis vos premières interventions chez Bazzo et vous avez gagné mon respect, bien que vous ayez l’âge de mon fils.  Vous êtes pour moi l’incarnation de la fameuse phrase du Cid : «...aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années.»

       

      J’apprécierais que vous repreniez le thème de la natalité massive dans une de vos chroniques dans le but de réfuter la prétention des Couillard/Trudeau à l’effet que nous sommes tous des descendants d’immigrants...  Quelle négation de notre histoire de leur part !  Et quel aveuglement à propos de la mixité des Québécois et des Amérindiens depuis des temps immémoriaux.

       

      Diane Gélinas

      P. S.  Jacques Noël est l’auteur du livre : La diaspora québécoise :

      https://leseditionsgid.com/la-diaspora-quebecoise.html

       

      Provenance : Courrier pour Windows 10

      De : Lorraine Dubé <lorraine.dube@...>
      Envoyé : 9 novembre 2017 23:46
      À : Pour-le-Pays-du-Quebec@...
      Objet : La noyade: L’immigration massive condamne à terme le français et rend impossible l’indépendance.



       

      Étienne Parent journaliste en 1839: «L’assimilation, sous le nouvel état de choses, se fera graduellement et sans secousse et sera d’autant plus prompte qu’on la laissera à son cours naturel et que les Canadiens français y seront conduits par leur propre intérêt, sans que leur amour-propre en soit trop blessé».

      http://www.journaldemontreal.com/2017/11/09/la-noyade#cxrecs_s


       


      www.journaldemontreal.com
      L’immigration massive condamne à terme le français et rend impossible l’indépendance.


       




       


       


       


       

    • Lorraine Dubé
      Merci pour votre intervention. La nΘcessitΘ de la maitrise de la langue est si bien rΘsumΘe. └ mon retour de la tournΘe mondiale Rhythm Nation 1990,
      Message 2 sur 4 , 10 nov.

        Merci pour votre intervention. La nécessité de la maitrise de la langue est si bien résumée. À mon retour de la tournée mondiale Rhythm Nation 1990, bien que l'expérience fût magnifique, j'avais hâte de me retrouver chez moi au Québec. Je craignais de perdre ma culture, mon identité, si je m'installais plus longtemps aux États-Unis. C'est très significatif. Je pensais en anglais!


        Des employés ayant déjà travaillé en France me parlaient parfois en français. J'aimais particulièrement quand la copine d'un musicien venait lui rendre visite de France. J'avais l'occasion de parler français autrement qu'au téléphone avec ma famille.


        Pour ce qui est des Francophones hors Québec ou les Anglais du ROC, n'oublions pas la méthode "diviser pour mieux régner". Le fédéral donne des gains à cette minorité avec l'espoir à peine dissimulé de toujours empiéter dans nos champs de compétence pour octroyer la réciprocité à la minorité anglaise du Québec. En pièce jointe un autre cas. La création par le PLQ d'un ministère des affaires anglophones est le meilleur exemple, quand cette fausse minorité est si privilégiée au Québec, au delà du pourcentage réel de la communauté anglophone. Leur nombre est gonflé artificiellement avec des étudiants étrangers dans nos universités anglophones surfinancées, L'apartheid universitaire, comme le déplorait Louis Préfontaine.


        Les francophones hors-Québec ne sont pas conscients que le recul du français au Québec est un très mauvais signal pour l'ensemble de la francophonie canadienne. C'est pourquoi, pour la plupart, ils n'appuient pas l'indépendance de notre nation. C'est chacun pour soi. Ils croient à tort que notre affranchissement nuirait à leur cause. Nous pourrions même exiger la réciprocité dans le traitement de nos minorités respectives. Quel beau rapport de force!


        J'avais remarqué une certaine méfiance dans une correspondance entre notre scientifique national l'Honorable Pierre Demers et madame Jacquelin Blay, la présidente de la société franco-manitobaine. La LISULF avait perdu son statut d'oeuvre de bienfaisance en mai 2016. Notre physicien remarquait une nouvelle législation en éducation en français de la part du Manitoba et souhaitait comprendre le rôle joué par la SFM dans l’avènement de cette législation.


        Comme monsieur Demers m'avait fait parvenir copie de ce courriel, j'avais noté que la dame ne semblait pas réceptive à lui communiquer les informations. Elle lui demandait de s'identifier. Comme je craignais une réponse négative de la part de la dame, je suis intervenue poliment. Sachant l'humilité de monsieur Demers, je voulais laisser savoir à madame Blay qui l'avait contactée. J'avais pris soin de faire parvenir le courriel en copie conforme à monsieur Demers, son adresse dissimulée par soucis de discrétion. Je voulais prévenir madame Blay de l'identité de son correspondant de 101 ans.


        Un bref extrait qui démontre ce que j'avance sur la division. Le 30 juin 2016, la Loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine a été adoptée à l'unanimité! Québec de son côté a de la difficulté à légiférer pour la défense des droits fondamentaux de notre nation, la société d'accueil québécoise. Depuis des années, ils mettent en place des politiques génocidaires en immigration...Mais ne leur parlez surtout pas de réduire l'immigration massive... Cette nation devenue sujet tabou. Le ministre Jean-Marc Fournier est même aller faire sa propagande fédéraliste à Jacqueline Blay...Voir la réponse de Michel David La bouillie pour les chats de Jean-Marc Fournier.

        Monsieur Demers, vous comprendrez la position de Jacqueline Blay par ce discours du ministre Jean-Marc Fournier: ENTENTE CANADA MANITOBA & LE FRANÇAIS POUR L’AVENIR

        Allocution du ministre libéral Jean-Marc Fournier. "Madame la Présidente de la Société franco-manitobaine (Jacqueline Blay)..." La bouillie pour les chats de Jean-Marc Fournier 7 mai 2015 Michel David http://www.ledevoir.com/politique/quebec/439414/la-bouillie-pour-les-chats?utm_source=infolettre-2015-05-07&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

        http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/281319/lettre-au-premier-ministre-jean-charest-au-dela-du-doute-raisonnable

        ENTENTE CANADA MANITOBA & LE FRANÇAIS POUR L’AVENIR

        J'ai entrepris quelques recherches pour vous ce matin. Il me semble que vous avez ici une bonne idée des OBL en question, vous avez d’ailleurs des informations incluses à cet effet.

        Je pense que vous êtes pénalisé non pas parce que vous faites de la politique, parce qu’eux aussi en font, mais de leur coté, leur avantage est qu’ils appuient ouvertement le fédéralisme, l’unité canadienne.

        Je vous ai inclus une formule de subvention ainsi qu’un rapport annuel de Français pour l’avenir.

        Avant de terminer, quelques liens qui vous intéresseront sur le français:

        Manitoba : Une ministre des Affaires francophones qui ne parle pas le français.

        Libre opinion - Voter pour l'avenir du français au Québec.

        Le Manitoba antifrançais - axl.cefan.ulaval.ca

        17 juillet 2016

        Le 30 juin dernier Loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine a été adoptée à l'unanimité! http://web2.gov.mb.ca/bills/41-1/b005f.php

        http://www.sfm.mb.ca/activites/loi%205/loi

        http://www.sfm.mb.ca/


        Allocution du ministre libéral Jean-Marc Fournier.


        ENTENTE CANADA MANITOBA RELATIVE AUX SERVICES EN FRANÇAIS.

        ENTENTE CANADA MANITOBA

        Organisations franco-manitobaines - DSFM

        MANITOBA DÉCRET - gov.mb.ca Fichier PDF

         

        ENTENTE DE PARTENARIAT CANADA-MANITOBA.· Fichier PDF

        Manitoba - cic.gc.ca

        Site officiel de la communauté francophone du Manitoba.

        Le français pour l'avenir - French for the Future

        Le français pour l’avenir

        Le français pour l’avenir est un organisme national à but non lucratif engagé à former les leaders de demain en encourageant les ... tous en français, ...À propos de cet organisme de bienfaisance

        Notre Mission

        Le français pour l’avenir est un organisme national à but non lucratif engagé à former les leaders de demain en encourageant les élèves du secondaire à étudier et à vivre en français.

        À propos de nous.

        Nos programmes, tous en français, soulignent les bénéfices sociaux et professionnels du bilinguisme et aident à créer des liens linguistiques et culturels entre les élèves qui suivent des cours de français partout au Canada.

        Pour en savoir davantage sur cet organisme de bienfaisance

        366, rue Adelaide Est

        bureau 444

        Toronto, ON, M5A 3X9

        fchevrollier@...

        Visitez notre site Web

         

        Faites un don à cet organisme de bienfaisance

        https://www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/french-for-the-future/


        Formule de demande de subvention pour - manitoba.ca

        français pour l’avenir Rapport annuel - juntos.ca Fichier PDF

        Français pour l'avenir - une occasion unique.

        Manitoba | ICI.Radio-Canada.ca

         

        Pour-le-Pays-du-Quebec@... <Pour-le-Pays-du-Quebec@...> de la part de François Gauthier (FFI) gauthier@... [Pour-le-Pays-du-Quebec] <Pour-le-Pays-du-Quebec@...>
        Envoyé : 10 novembre 2017 16:11
        À : Pour-le-Pays-du-Quebec@...
        Objet : Pays-du-Quebec] Nataloité - Immigration - Diaspora




         
         

        Notre histoire originale : Une natalité massive. VRAI

        Le présent : Une immigration massive pour nous submerger. VRAI
         
        Peut-on compter sur la diaspora ? J'en doute
         
        Cette diaspora est profondément anglicisée.
        J'en connais un bout. J'en viens.
        Je suis arrivé au Québec d'une zone très francophone de l'Ontario en 1962.
        Il y a déjà plus de 55 ans.
         
        Je suis venu parce que je voulais fonder une famille qui puisse vivre en français sans le risque constant d'assimilation.
        Tous les enfants de mes frères, soeurs, cousins et cousines qui sont restés en Ontario sont profondément anglicisés.
        Ils croient parler français mais leur langue est un sabir, une langue sérieusement créolisée. 
         
        Je répète : ils croient parler français et disent au recensement parler français.
        Mais en réalité ils sont incapables d'entretenir une conversation soutenue en français.
        Ils doivent constamment passer à l'anglais tellement leur vocabulaire et les usages du bon parler est déficient.
         
        Pourquoi passent-ils à l'anglais ?
        Parce qu'ils sont fréquemment dans l'incapacité d'élaborer leur pensée en français, donc incapable de transmettre leurs pensées dans cette langue.
        J'ai personnellement vécu cela lorsque je suis arrivé ici en 1962.
         
        Je comprenais tout, mais lorsque venait le temps de parler je n'arrivais pas à m'exprimer.
        Tant que je ne suis parvenu à surmonter cette lacune, je pensais constamment à cette phrase de Boileau qu'on m'avais enseignée :
        Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément.
         
        Or cette diaspora auquels certains peuvent rêver (sauf exception rarissime) ... est incapable de concevoir une pensée en français.
         
        EST-CE QU'UN RETOUR EST POSSIBLE D'UNE PARTIE DE CETTE DIASPORA ?
        (C'était cela la question de Robert Bertrand)
         
        Il y a une autre embuche supplémentaire.
        Les préjugés sur la francophonie québécoise.
        La première fois que je suis venu au Québec, je fus surpris que les francophones du Québec étaient comme les autres gens que j'avais rencontré hors Québec.
        Je précises. Je fus surpris de découvrir au sujet de francophones d'ici, qu'il ne s'agissait pas d'une sous-espèce de l'humanité.
         
        Comment se fait-il que j'aie eu pareille idée ?
        Au Canada anglais, les médias ne véhiculent que des nouvelles négatives sur les francophones du Québec.
        Même les choses dont les francophones ont raison d'être fiers sont rapetissées, ridiculisées, ou on évite carrément d'en parler.
         
        Faute de nouvelles valorisantes sur les francophones, la désinformation est constante de sorte que cette diaspora à laquelle on pourrait rêver ne viendra pas. 
        ==================
        Ajoutons à cela d'autres facteurs tels l'identification linguistique et culturelle.
        L'identification n'est pas une abstraction.
        C'est un fait réel construit : par l'habitude, par l'environnement social, par l'usage.
        Et cette identification se construit par l'ahésion à des mythes culturels identitaires. 
         
        J'explique.
        Il y a quelques mois j'assistais à un souper gala de Franco-Ontariens.
        On y a chanté l'O Canada et tenu des discours qui étaient entièrement orientés sur leur identité locale.
        Il n'y avait pas la moindre intervention publique de nature à manifester un attachement important à son peuple d'origine.
        Ils étaient entièrement fermés sur eux-mêmes.
         
        Voilà belle lurette qu'au Québec on se fout de l'O Canada et de la Reine. C'est très différent.
        Pour que la diaspora commence à s'intéresser à nous et à l'idée de venir s'établir ici, il y a tout un chemin à faire.
        ----- Original Message -----
        Sent: Friday, November 10, 2017 2:22 PM
        Subject: Re: Pays-du-Quebec] Nous sommes des enfants d'Amérique/La noyade: L’immigration massive condamne à terme le français et rend impossible l’indépendance.

        Et si le Québec s'occupait de la diaspora, vivrait - on un retour ?

        Parlerions-nous d'une plus grande voix ?

        Ne serait-ce pas un devoir et une richesse pour nous tous que de se retrouver et d'agir ENSEMBLE ?

        Robert Bertrand


         

        ---------- Message d origine ----------
        De : "Lorraine Dubé lorraine.dube@... [Pour-le-Pays-du-Quebec]" <Pour-le-Pays-du-Quebec@...>
        Daté : 10 novembre 2017 à 00:57

        Suite à mon envoi La noyade, une de mes contacts me répond ave

        (Message over 64 KB, truncated)

      • Lorraine Dubé
        Correction Cette nation devenue sujet tabou. Le ministre Jean-Marc Fournier est mΩme allΘ faire sa propagande fΘdΘraliste α Jacqueline Blay . Dans le
        Message 3 sur 4 , 10 nov.

          Correction "Cette nation devenue sujet tabou. Le ministre Jean-Marc Fournier est même allé faire sa propagande fédéraliste à Jacqueline Blay". Dans le courriel précédent, j'ai omis deux messages lu dans la tribune des lecteurs. Le premier commentaire suite à l'article de Michel David La bouillie pour les chats de Jean-Marc Fournier. En accord avec monsieur Bélanger:


          Patrick Boulanger - Abonné 7 mai 2015 00 h 26: Il faut bien le reconnaître, M. David a le sens de la formule: « À l’entendre, priver des Québécois du droit de travailler en français s’inscrit dans une prétendue « diplomatie de la francophonie » qu’un devoir de solidarité nous impose.» (M. David) Savoureux! http://www.ledevoir.com/politique/quebec/439414/la-bouillie-pour-les-chats?utm_source=infolettre-2015-05-07&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne


          La justification de Fournier pour niveler vers le bas! Dans la tribune suivante, une réplique percutante de Louis Lapointe à la Lettre au premier ministre Jean Charest, avec des liens en références. Je fais appel à votre indulgence pour l'omission de cette partie dans l'envoi précédent.

          Lettre au premier ministre Jean Charest - Au-delà du doute raisonnable

          Le cauchemar que vivent nos frères haïtiens commande des solutions d'exception 19 janvier 2010 Régis Vigneau - Ex-vice-président et fondateur de Montréal International et ancien sous-ministre au ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles Actualités internationales

          Louis Lapointe-Abonné
          19 janvier 2010 11 h 18

          Ce qui est légitime est raisonnable!


          Bonjour M. Vigneau


          Si je suis votre raisonnement, agir au-delà du raisonnable serait synonyme d’illégalité. Toutefois, vous avalisez le geste non raisonnable en raison de la légitimité qui le sous-tend dans une situation exceptionnelle.


          Pour résumer, vous estimez que, malgré la clarté des règles constitutionnelles, le Québec peut agir légitimement au-delà du raisonnable lorsqu’une situation exceptionnelle le commande, même si ce geste est manifestement illégal.


          Vous, qui avez été sous-ministre, savez fort bien que lorsque le Québec agit légitimement à l’encontre des règles constitutionnelles, il affirme sa souveraineté. Dans cette perspective, qu’on le veuille ou non, agir légitimement à l’encontre de la légalité des règles constitutionnelles canadiennes est toujours un geste politique.


          Pour des raisons humanitaires, parce que nos frères haïtiens ont besoin de notre aide, je partage donc votre avis lorsque vous suggérez au premier ministre du Québec d’agir à l’encontre des règles constitutionnelles du Canada. Toutefois, loin d’être au-delà du raisonnable, parce que ce geste est légitime, contrairement à vous, je crois qu'il est la fois raisonnable et politique.


          «Si le propre de la légitimité est ce qui est juste et raisonnable, il serait donc tout à fait légitime que nous agissions de façon juste et raisonnable pour que cette constitution, qu’on nous a imposée sans notre accord en 1982, n’hypothèque plus notre présent et notre avenir, à défaut de pouvoir nous séparer du Canada. À l’injustice de la situation, nous pourrions donc répondre par la légitimité de notre action ; à l’unilatéralisme canadien, nous pourrions opposer la raison québécoise (n'est plus accessible) http://www.vigile.net/Le-doute-createur


          «Si les règles constitutionnelles ne sont d’aucune utilité, même lorsque le Québec jouit de la majorité ou de la légitimité, que faut-il en conclure ? Que la seule façon d’avoir raison dans un système où le Québec est toujours perdant même lorsqu’il a raison, c’est qu’il invente ses propres règles qui lui donneront raison même lorsque le Canada lui donnera tort.»


          Si les règles constitutionnelles ne sont d’aucune utilité, même lorsque le Québec jouit de la majorité ou de la légitimité, que faut-il en conclure ? Que la seule façon d’avoir raison dans un système où le Québec est toujours perdant même lorsqu’il a raison, c’est qu’il invente ses propres règles qui lui donneront raison même lorsque le Canada lui donnera tort. Mieux encore, qu’il quitte tout simplement la fédération canadienne! https://vigile.quebec/Quand-le-Canada-s-emmele-dans-ses


          «Quand les règles constitutionnelles ne font pas l’affaire des premiers ministres canadiens, la légalité cautionnée par le Gouverneur général permet toujours d’accomplir ce que la légitimité interdit. Quand les règles en vigueur ne suffisent pas, on en invente des nouvelles, c’est le rôle de la Cour Suprême du Canada. Un système fondamentalement malhonnête qui ne peut qu’engendrer une succession de coups de force et d’intrusions du gouvernement fédéral dans les affaires du Québec (...)»


          Dans les faits le Canada est une monarchie constitutionnelle rendue nécessaire par des impératifs coloniaux, elle permet de contourner les règles démocratiques dans le but de maintenir contre son gré le Québec dans la constitution. Toute l’histoire du Canada s’est construite sur l’objectif d’assimiler les Canadiens français, c’est la seule et unique fonction de l’appareil constitutionnel canadien (...)

          https://vigile.quebec/Coups-de-force-et-terrorisme

          ARTICLE http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/281319/lettre-au-premier-ministre-jean-charest-au-dela-du-doute-raisonnable


          De : Lorraine Dubé <lorraine.dube@...>
          Envoyé : 10 novembre 2017 18:20
          À : Pour-le-Pays-du-Quebec@...
          Objet : Mr Gauthier: Pays-du-Quebec] Natalité - Immigration - Diaspora


          Merci pour votre intervention. La nécessité de la maitrise de la langue est si bien résumée. À mon retour de la tournée mondiale Rhythm Nation 1990, bien que l'expérience fût magnifique, j'avais hâte de me retrouver chez moi au Québec. Je craignais de perdre ma culture, mon identité, si je m'installais plus longtemps aux États-Unis. C'est très significatif. Je pensais en anglais!


          Des employés ayant déjà travaillé en France me parlaient parfois en français. J'aimais particulièrement quand la copine d'un musicien venait lui rendre visite de France. J'avais l'occasion de parler français autrement qu'au téléphone avec ma famille.


          Pour ce qui est des Francophones hors Québec ou les Anglais du ROC, n'oublions pas la méthode "diviser pour mieux régner". Le fédéral donne des gains à cette minorité avec l'espoir à peine dissimulé de toujours empiéter dans nos champs de compétence pour octroyer la réciprocité à la minorité anglaise du Québec. En pièce jointe un autre cas. La création par le PLQ d'un ministère des affaires anglophones est le meilleur exemple en réponse à l'Ontario, alors que notre "fausse minorité" est si privilégiée au Québec, au delà du pourcentage réel de la communauté anglophone. Leur nombre est gonflé artificiellement avec des étudiants étrangers dans nos universités anglophones surfinancées, L'apartheid universitaire, comme le déplorait Louis Préfontaine.


          Les francophones hors-Québec ne sont pas conscients que le recul du français au Québec est un très mauvais signal pour l'ensemble de la francophonie canadienne. C'est pourquoi, pour la plupart, ils n'appuient pas l'indépendance de notre nation. C'est chacun pour soi. Ils croient à tort que notre affranchissement nuirait à leur cause. Nous pourrions même exiger la réciprocité dans le traitement de nos minorités respectives. Quel beau rapport de force!


          J'avais remarqué une certaine méfiance dans une correspondance entre notre scientifique national l'Honorable Pierre Demers et madame Jacquelin Blay, la présidente de la société franco-manitobaine. La LISULF avait perdu son statut d'oeuvre de bienfaisance en mai 2016. Notre physicien remarquait une nouvelle législation en éducation en français de la part du Manitoba et souhaitait comprendre le rôle joué par la SFM dans l’avènement de cette législation.


          Comme monsieur Demers m'avait fait parvenir copie de ce courriel, j'avais noté que la dame ne semblait pas réceptive à lui communiquer les informations. Elle lui demandait de s'identifier. Comme je craignais une réponse négative de la part de la dame, je suis intervenue poliment. Sachant l'humilité de monsieur Demers, je voulais laisser savoir à madame Blay qui l'avait contactée. J'avais pris soin de faire parvenir le courriel en copie conforme à monsieur Demers, son adresse dissimulée par soucis de discrétion. Je voulais prévenir madame Blay de l'identité de son correspondant de 101 ans.


          Un bref extrait qui démontre ce que j'avance sur la division. Le 30 juin 2016, la Loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine a été adoptée à l'unanimité! Québec de son côté a de la difficulté à légiférer pour la défense des droits fondamentaux de notre nation, la société d'accueil québécoise. Depuis des années, ils mettent en place des politiques génocidaires en immigration...Mais ne leur parlez surtout pas de réduire l'immigration massive... Cette nation devenue sujet tabou. Le ministre Jean-Marc Fournier est même allé faire sa propagande fédéraliste à Jacqueline Blay...Voir la réponse de Michel David La bouillie pour les chats de Jean-Marc Fournier.

          Monsieur Demers, vous comprendrez la position de Jacqueline Blay par ce discours du ministre Jean-Marc Fournier: ENTENTE CANADA MANITOBA & LE FRANÇAIS POUR L’AVENIR

          Allocution du ministre libéral Jean-Marc Fournier. "Madame la Présidente de la Société franco-manitobaine (Jacqueline Blay)..." La bouillie pour les chats de Jean-Marc Fournier 7 mai 2015 Michel David: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/439414/la-bouillie-pour-les-chats?utm_source=infolettre-2015-05-07&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

          http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/281319/lettre-au-premier-ministre-jean-charest-au-dela-du-doute-raisonnable

          ENTENTE CANADA MANITOBA & LE FRANÇAIS POUR L’AVENIR

          J'ai entrepris quelques recherches pour vous ce matin. Il me semble que vous avez ici une bonne idée des OBL en question, vous avez d’ailleurs des informations incluses à cet effet.

          Je pense que vous êtes pénalisé non pas parce que vous faites de la politique, parce qu’eux aussi en font, mais de leur coté, leur avantage est qu’ils appuient ouvertement le fédéralisme, l’unité canadienne.

          Je vous ai inclus une formule de subvention ainsi qu’un rapport annuel de Français pour l’avenir.

          Avant de terminer, quelques liens qui vous intéresseront sur le français:

          Manitoba : Une ministre des Affaires francophones qui ne parle pas le français.

          Libre opinion - Voter pour l'avenir du français au Québec.

          Le Manitoba antifrançais - axl.cefan.ulaval.ca

        • Lorraine Dubé
          Monsieur Gauthier, en ajout α l envoi prΘcΘdent inclus dans ce courriel. Le Canadien franτais 14 mai 2015 Michel David. Quand Jean-Marc Fournier a parlΘ
          Message 4 sur 4 , 11 nov.

            Monsieur Gauthier, en ajout à l'envoi précédent inclus dans ce courriel.

            Le Canadien français 14 mai 2015 Michel David. Quand Jean-Marc Fournier a parlé d’une «diplomatie de la francophonie» qui imposerait au Québec une certaine retenue dans ses revendications linguistiques afin de ne pas nuire aux francophones hors Québec, on a cru à une mauvaise excuse pour justifier le refus du gouvernement Couillard d’étendre la loi 101 aux entreprises privées relevant de la compétence fédérale. Les propos tenus par le premier ministre lui-même lors de sa récente visite à Toronto donnaient néanmoins l’impression que la promotion du français dans le ROC plutôt qu’au Québec était réellement devenue sa priorité en matière linguistique. http://www.ledevoir.com/politique/quebec/440051/le-canadien-francais?utm_source=infolettre-2015-05-14&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

            De : Lorraine Dubé <lorraine.dube@...>
            Envoyé : 10 novembre 2017 18:20
            À : Pour-le-Pays-du-Quebec@...
            Objet : Mr Gauthier: Pays-du-Quebec] Natalité - Immigration - Diaspora


            Merci pour votre intervention. La nécessité de la maitrise de la langue est si bien résumée. À mon retour de la tournée mondiale Rhythm Nation 1990, bien que l'expérience fût magnifique, j'avais hâte de me retrouver chez moi au Québec. Je craignais de perdre ma culture, mon identité, si je m'installais plus longtemps aux États-Unis. C'est très significatif. Je pensais en anglais!


            Des employés ayant déjà travaillé en France me parlaient parfois en français. J'aimais particulièrement quand la copine d'un musicien venait lui rendre visite de France. J'avais l'occasion de parler français autrement qu'au téléphone avec ma famille.


            Pour ce qui est des Francophones hors Québec ou les Anglais du ROC, n'oublions pas la méthode "diviser pour mieux régner". Le fédéral donne des gains à cette minorité avec l'espoir à peine dissimulé de toujours empiéter dans nos champs de compétence pour octroyer la réciprocité à la minorité anglaise du Québec. En pièce jointe un autre cas. La création par le PLQ d'un ministère des affaires anglophones est le meilleur exemple en réponse à l'Ontario, alors que notre "fausse minorité" est si privilégiée au Québec, au delà du pourcentage réel de la communauté anglophone. Leur nombre est gonflé artificiellement avec des étudiants étrangers dans nos universités anglophones surfinancées, L'apartheid universitaire, comme le déplorait Louis Préfontaine.


            Les francophones hors-Québec ne sont pas conscients que le recul du français au Québec est un très mauvais signal pour l'ensemble de la francophonie canadienne. C'est pourquoi, pour la plupart, ils n'appuient pas l'indépendance de notre nation. C'est chacun pour soi. Ils croient à tort que notre affranchissement nuirait à leur cause. Nous pourrions même exiger la réciprocité dans le traitement de nos minorités respectives. Quel beau rapport de force!


            J'avais remarqué une certaine méfiance dans une correspondance entre notre scientifique national l'Honorable Pierre Demers et madame Jacquelin Blay, la présidente de la société franco-manitobaine. La LISULF avait perdu son statut d'oeuvre de bienfaisance en mai 2016. Notre physicien remarquait une nouvelle législation en éducation en français de la part du Manitoba et souhaitait comprendre le rôle joué par la SFM dans l’avènement de cette législation.


            Comme monsieur Demers m'avait fait parvenir copie de ce courriel, j'avais noté que la dame ne semblait pas réceptive à lui communiquer les informations. Elle lui demandait de s'identifier. Comme je craignais une réponse négative de la part de la dame, je suis intervenue poliment. Sachant l'humilité de monsieur Demers, je voulais laisser savoir à madame Blay qui l'avait contactée. J'avais pris soin de faire parvenir le courriel en copie conforme à monsieur Demers, son adresse dissimulée par soucis de discrétion. Je voulais prévenir madame Blay de l'identité de son correspondant de 101 ans.


            Un bref extrait qui démontre ce que j'avance sur la division. Le 30 juin 2016, la Loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine a été adoptée à l'unanimité! Québec de son côté a de la difficulté à légiférer pour la défense des droits fondamentaux de notre nation, la société d'accueil québécoise. Depuis des années, ils mettent en place des politiques génocidaires en immigration...Mais ne leur parlez surtout pas de réduire l'immigration massive... Cette nation devenue sujet tabou. Le ministre Jean-Marc Fournier est même allé faire sa propagande fédéraliste à Jacqueline Blay...Voir la réponse de Michel David La bouillie pour les chats de Jean-Marc Fournier.

            Monsieur Demers, vous comprendrez la position de Jacqueline Blay par ce discours du ministre Jean-Marc Fournier: ENTENTE CANADA MANITOBA & LE FRANÇAIS POUR L’AVENIR

            Allocution du ministre libéral Jean-Marc Fournier. "Madame la Présidente de la Société franco-manitobaine (Jacqueline Blay)..." La bouillie pour les chats de Jean-Marc Fournier 7 mai 2015 Michel David: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/439414/la-bouillie-pour-les-chats?utm_source=infolettre-2015-05-07&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

            http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/281319/lettre-au-premier-ministre-jean-charest-au-dela-du-doute-raisonnable

            ENTENTE CANADA MANITOBA &LE FRANÇAIS POUR L’AVENIR

            J'ai entrepris quelques recherches pour vous ce matin. Il me semble que vous avez ici une bonne idée des OBL en question, vous avez d’ailleurs des informations incluses à cet effet.

            Je pense que vous êtes pénalisé non pas parce que vous faites de la politique, parce qu’eux aussi en font, mais de leur coté, leur avantage est qu’ils appuient ouvertement le fédéralisme, l’unité canadienne.

            Je vous ai inclus une formule de subvention ainsi qu’un rapport annuel de Français pour l’avenir.

            Avant de terminer, quelques liens qui vous intéresseront sur le français:

            Manitoba : Une ministre des Affaires francophones qui ne parle pas le français.

            Libre opinion - Voter pour l'avenir du français au Québec.

            Le Manitoba antifrançais - axl.cefan.ulaval.ca

            17 juillet 2016

            Le 30 juin dernier Loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine a été adoptée à l'unanimité! http://web2.gov.mb.ca/bills/41-1/b005f.php

            http://www.sfm.mb.ca/activites/loi%205/loi

            http://www.sfm.mb.ca/


            Allocution du ministre libéral Jean-Marc Fournier.


            ENTENTE CANADA MANITOBA RELATIVE AUX SERVICES EN FRANÇAIS.

            ENTENTE CANADA MANITOBA

            Organisations franco-manitobaines - DSFM

            MANITOBA DÉCRET - gov.mb.ca Fichier PDF

             

            ENTENTE DE PARTENARIAT CANADA-MANITOBA.· Fichier PDF

            Manitoba - cic.gc.ca

            Site officiel de la communauté francophone du Manitoba.

            Le français pour l'avenir - French for the Future

            Le français pour l’avenir

            Le français pour l’avenir est un organisme national à but non lucratif engagé à former les leaders de demain en encourageant les ... tous en français, ...À propos de cet organisme de bienfaisance

            Notre Mission

            Le français pour l’avenir est un organisme national à but non lucratif engagé à former les leaders de demain en encourageant les élèves du secondaire à étudier et à vivre en français.

            À propos de nous.

            Nos programmes, tous en français, soulignent les bénéfices sociaux et professionnels du bilinguisme et aident à créer des liens linguistiques et culturels entre les élèves qui suivent des cours de français partout au Canada.

            Pour en savoir davantage sur cet organisme de bienfaisance

            366, rue Adelaide Est

            bureau 444

            Toronto, ON, M5A 3X9

            fchevrollier@...

            Visitez notre site Web

             

            Faites un don à cet organisme de bienfaisance

            https://www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/french-for-the-future/


            Formule de demande de subvention pour - manitoba.ca

            français pour l’avenir Rapport annuel - juntos.ca Fichier PDF

            Français pour l'avenir - une occasion unique.

            Manitoba | ICI.Radio-Canada.ca

             

            Pour-le-Pays-du-Quebec@... <Pour-le-Pays-du-Quebec@...> de la part de François Gauthier (FFI) gauthier@... [Pour-le-Pays-du-Quebec] <Pour-le-Pays-du-Quebec@...>
            Envoyé : 10 novembre 2017 16:11
            À : Pour-le-Pays-du-Quebec@...
            Objet : Pays-du-Quebec] Nataloité - Immigration - Diaspora




             

            Notre histoire originale : Une natalité massive. VRAI

            Le présent : Une immigration massive pour nous submerger. VRAI
             
            Peut-on compter sur la diaspora ? J'en doute
             
            Cette diaspora est profondément anglicisée.
            J'en connais un bout. J'en viens.
            Je suis arrivé au Québec d'une zone très francophone de l'Ontario en 1962.
            Il y a déjà plus de 55 ans.
             
            Je suis venu parce que je voulais fonder une famille qui puisse vivre en français sans le risque constant d'assimilation.
            Tous les enfants de mes frères, soeurs, cousins et cousines qui sont restés en Ontario sont profondément anglicisés.
            Ils croient parler français mais leur langue est un sabir, une langue sérieusement créolisée. 
             
            Je répète : ils croient parler français et disent au recensement parler français.
            Mais en réalité ils sont incapables d'entretenir une conversation soutenue en français.
            Ils doivent constamment passer à l'anglais tellement leur vocabulaire et les usages du bon parler est déficient.
             
            Pourquoi passent-ils à l'anglais ?
            Parce qu'ils sont fréquemment dans l'incapacité d'élaborer leur pensée en français, donc incapable de transmettre leurs pensées dans cette langue.
            J'ai personnellement vécu cela lorsque je suis arrivé ici en 1962.
             
            Je comprenais tout, mais lorsque venait le temps de parler je n'arrivais pas à m'exprimer.
            Tant que je ne suis parvenu à surmonter cette lacune, je pensais constamment à cette phrase de Boileau qu'on m'avais enseignée :
            Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément.
             
            Or cette diaspora auquels certains peuvent rêver (sauf exception rarissime) ... est incapable de concevoir une pensée en français.
             
            EST-CE QU'UN RETOUR EST POSSIBLE D'UNE PARTIE DE CETTE DIASPORA ?
            (C'était cela la question de Robert Bertrand)
             
            Il y a une autre embuche supplémentaire.
            Les préjugés sur la francophonie québécoise.
            La première fois que je suis venu au

            (Message over 64 KB, truncated)
          Votre message a été envoyé avec succès. Il sera livré sous peu aux destinataires.