Chargement ...
Désolés, une erreur s'est produite pendant le chargement du contenu.

[A-g.Qc] Re: Pierre Elliott-Trudeau

Développer les messages
  • quebecunpays
    Jean Lapointe note ce qui suit : Date: 19 novembre, 1999 8:59 Sujet: [A-g.Qc] Re: Pierre Elliott-Trudeau Pendant l ère duplessiste, on ne pouvait pas
    Message 1 sur 3 , 19 nov. 07:48
      Jean Lapointe note ce qui suit :
      Date: 19 novembre, 1999 8:59
      Sujet: [A-g.Qc] Re: Pierre Elliott-Trudeau

      "Pendant l'ère duplessiste, on ne pouvait pas remettre en question
      l'Eglise. Il y a un peu de ça ici."

      Moi je répondrais tout de suite : "A l'ère Trudeauiste, on ne peut pas
      remettre en question le Canada."

      (Robert) Le Canada de ce temps, il était britannique : Union Jack, le
      Gouverneur Général du Canada était British, l'Acte de l'Amérique
      Britannique du Nord était en Angleterre. Je vous communique une
      expérience vécue : en 1967 j'étais de passage en Italie et l'Ambasseur
      du Canada en Italie, à Rome, était un Écossais que j'ai rencontré, ne
      parlait pas un mot français ce que je lui ai fait reconnaître et
      n'avait jamais mis les pieds au Canada ce que je lui ai également
      reproché. Ce n'était pas un Canadien, c'était un britannique.

      Le Canada n'était pas Canadien; il était britannique. Trudeau a voulu
      que le Canada soit Canadien. Il le faisait consciemment en rejetant le
      Québec et ce qu'il avait de fondamental : le peuple québécois.
      Aurait-il pensé que les Rocheuses valaient plus que la réalité
      québécoise : les gens du Pays, le peuple du Québec ?

      Monsieur Durocher semble avoir retenu de bonnes choses en regard de
      Trudeau. Il a été bon pour avoir voulu rassembler les gens des autres
      provinces pour réaliser un consensus en regard du Pays Canadien. Il a
      mis de côté les Québécois qui sont en avance de 20 ans sur l'idée du
      Pays. Ce serait intéressant de lire de nouveau monsieur Durocher sur
      les idées maîtresses de Trudeau sur son idée d'englober le Québec dans
      ce Canada de ses rêves. Qu'est-ce que Trudeau a fait pour chercher à
      intégrer et le peuple du Québec et son élite dans ce Canada ?

      Jean-Marc Rioux nous signale avec à-propos la crise d'octobre
      complètement fabriquée par Trudeau. Pour rassembler un peuple ne
      fallait-il pas des crises artificielles ou autres ? Fallait-il à ce
      point mépriser les nôtres pour créer son Canada ? Les taux d'intérêt à
      20% et plus, c'est l'ère de Trudeau qui nous a donné ça, n'est-ce pas ?
      Ce n'était pas un économiste. Il fallait que ce soit le Canada qui
      sauve les peuples du Canada ! Le Québec n'embarquait pas dans ses
      façons de procéder mais le reste du Canada voyait un grand homme avec
      des visions canadiennes qui lui faisaient plaisir. Et n'est-ce pas
      Trudeau qui a voulu et a tout mis en oeuvre pour cette équipe
      Canada-Russie ? Et qui a imposé la Reine à l'ouverture des jeux
      Olympiques tenus à Montréal et payés par les Montréalais et la
      population du Québec ?

      Québec était fier de ses réussites : Terre des hommes et les jeux
      olympiques. Le Canada a reçu tous les Présidents et les Chefs d'État
      de la terre. Il a fallu un De Gaulle pour démontrer au Canada que tous
      ces Chefs d'États et ces Présidents auraient dû faire un détour vers la
      Capitale Nationale du Québec. Ce sont les Québécois qui ont payé et
      qui payent encore pour de telles réalisations qui, au plan
      international, ont largement profité au Canada plutôt qu'au Québec,
      bien que, avec De Gaulle, chacun a pris la nouvelle mesure du Québec.

      Et comme le souligne monsieur Grandchamp, Trudeau est un "héros" pour
      le reste du Canada. Et nous, nous le considérons comme méprisable
      pour notre peuple, notre nation, notre Pays.

      Aucun homme politique, encore, n'a su élevé le Québec au rang où il se
      considère. Un peuple égal à l'autre peuple. Une nation égale à
      l'autre nation. Un pays égal à l'autre pays.

      N'en déplaise à toutes les élites canadiennes confondues, Gouverneure
      Générale incluse, Cour Suprême incluse, politiciens Premiers Ministres
      des autres Provinces ou Ministres présents du Gouvernement Fédéral,
      rien n'y fait pour faire changer les Québécois.

      Les Québécois se reconnaissent chez eux parce que les autres ne les
      reconnaissent pas pour ce qu'ils sont : un peuple, une nation, égal
      aux autres peuples et aux autres nations.

      Il reste la finalité de cette reconnaissance soit à l'intérieur du
      Canada ou à l'extérieur du Canada à laquelle les Québécois seront
      encore conviés.

      Et comme on le voit bien, les élites actuelles canadiennes se
      concertent pour ne pas que ce soit à l'intérieur du Canada.

      À nous d'en prendre acte et d'agir pour notre propre finalité : le pays
      du Québec.

      (Jean L.) Vous ne trouvez pas qu'il y a beaucoup de Trudeau là-dedans.
      Si pour nous en majorité au Québec,Trudeau c'est du passé, il semble
      bien que dans le Canada anglais il soit encore très présent.

      (Robert) Pour le Canada, l'homme politique par excellence, n'est-ce
      pas Trudeau ? Pour le Québec, l'homme politique par excellence,
      n'est-ce pas René Lévesque ?

      On n'en sort pas. Deux réalités au Canada.

      Il faut le reconnaître, notre élite fédéraliste n'a jamais aidé le
      reste du Canada à bien comprendre la réalité québécoise dans ce qu'elle
      a de fondamental : la question du peuple, la question de nation, son
      désir d'être présent sur la scène internationale pour son
      particularisme.

      Pourquoi en est-il ainsi ?

      J'esquisse une réponse qui est à parfaire : Ils sont des élus par des
      électeurs québécois. Une fois élus, ils sont membres d'un parti
      politique canadien qui a une vision canadienne. Le parti politique
      domine.

      Qui sont les membres influents de ces partis politiques ? Ce sont les
      financiers de Toronto.

      Toute la finance canadienne se retrouve entre les mains des financiers
      de Toronto pour le service premier des intérêts des Ontariens. On le
      sait, quelque 20% de l'argent des Québécois revient en investissement
      au Québec. Pourquoi ces gens du Canada y changerait quoi que ce soit ?
      Ils sont les grands profiteurs du système actuel.

      Leurs intérêts financiers sont bien servis dans le modèle canadien
      actuel.
      Toute reconnaissance du Québec, un tant soit peu plus importante,
      ferait changer la donne financière de ce pays canadien qui nous est
      étranger.

      Et toute l'élite canadienne ne travaille-t-elle pas pour défendre les
      intérêts canadiens ? Y inclus tous les québécois de services qui se
      font élire ici pour mieux servir les autres !

      Et que faut-il penser de ce que nous dit Jean Lapointe ?
      " Eux ils possèdent la vérité. Nous, nous sommes de pauvres arriérés
      mentaux.

      Désespérant. Désolant. Décourageant. Non?"

      (Robert) Tout le côté financier des Québécois est mis de côté. Le
      jour que nous serons un Pays nous parlerons de façon égalitaire.

      En attendant, c'est de mettre en évidence les atrocités, les disparités
      dans la gestion de nos sommes d'argent que nous comprendrons mieux
      l'importance des 7 millions de personnes que nous sommes en ce Pays du
      Québec.

      Notre modèle d'investissement provenant des diverses caisses de
      retraites de tous nos syndicats ou presque, de nos investissements dans
      nos REER et les autres doivent se transférer au plus tôt sous la
      responsabilité de notre Caisse de Dépôt et de Placements du Québec, de
      la Fédération des Travailleurs du Québec. Fini de transmettre nos
      sommes d'argent dans nos diverses banques canadiennes :
      Toronto-Dominion, banque Royale, banque de Montréal, banque CIBC,
      banque de Nouvelle-Écosse.

      Le jour où les Québécois comprendront l'importance des deux cents à
      trois cents milliards de dollars qui leur échappent, ce jour fera toute
      la différence dans nos relations Québec-Canada.

      Voyez le texte suivant pour bien comprendre notre façon québécoise
      d'agir et l'agir des financiers de Toronto :
      http://www.total.net/~qcunpays/TORONTO-FAIT-LE-TRAVAIL-POURQUOI.html

      Et qu'est-ce qui est "Désespérant. Désolant. Décourageant." comme nous
      le soumet Jean Lapointe ?

      N'est-ce pas de notre faute collective à nous plutôt que de rendre les
      autres responsables de nos propres agirs collectifs ?

      Robert Bertrand, rédacteur.
      Québec, un Pays.
      http://www.multimania.com/quebecunpays/
      http://www.total.net/~qcunpays/
      http://www.geocities.com/CapitolHill/Parliament/3488/index.html
      http://www.iquebec.com/QUEBECUNPAYS
      http://QUEBECUNPAYS.iquebec.com
      1999-11-19
    Votre message a été envoyé avec succès. Il sera livré sous peu aux destinataires.