Chargement ...
Désolés, une erreur s'est produite pendant le chargement du contenu.

[A-g.Qc] Dans un esprit d'avant-garde

Développer les messages
  • Robert Bertrand
    N est-on pas responsable, chacun d entre nous, pour ce que nous écrivons et pour les positions que nous défendons ? Il va de soi que, même sur cette liste
    Message 1 sur 1 , 28 déc. 1999
      N'est-on pas responsable, chacun d'entre nous, pour ce que nous
      écrivons et pour les positions que nous défendons ?

      Il va de soi que, même sur cette liste dite contrôlée, de tous ceux qui
      peuvent écrire, peut-il y avoir des personnes qui ne soient pas
      nécessairement et obligatoirement des souverainistes-indépendantistes ?

      Alors, ne sont-ils pas là pour activer le sens, bousculer nos
      positions, interpeler les écrits qui sont faits ?

      Les "manipulateurs professionnels" ne pourraient-ils pas être justement
      les
      journalistes dits professionnels ? N'avez-vous jamais vécu des
      expériences
      qui pourraient vous le démontrer qu'ils sont des "manipulateurs" ?

      Quand, entre nous, des écrits choquent, bouleversent, interpellent au
      point de savoir si tout est absolument crédible ou non, ne pourrait-on
      pas faire des comparaisons avec les André Arthur, les Gilles Proulx,
      les Galganov et certains autres que vous pourriez nommer ?

      Lorsque certains font appel au "modérateur", est-ce pour justifier leur
      propre manque de critique personnelle ? est-ce pour justifier un
      parti-pris dont la vision serait déjà établie dans une structure
      parfaitement encadrée ? Un modérateur doit-il devenir un "inquisiteur"
      ?

      La crédibilité d'une personne, la crédibilité d'un organisme, la
      crédibilité d'un forum, la crédibilité d'une page web doit-elle se
      baser sur la présentation d'un texte un moment donné, d'une image à un
      autre moment donné ?

      Lorsque nous voulons évaluer la crédibilité de Monsieur O'Neill, est-ce
      la perception qu'on peut avoir de cette personne à la suite de la
      parution d'un seul article ou si on s'appuie sur un certains nombres
      d'articles produits ?

      LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ.

      J'abonde dans le sens que monsieur Marcel Vaive a présenté dans son
      message " Tous au poteau " du 27 décembre dernier. Monsieur Vaive nous
      a fait la démonstration de ce que j'appelerai des "vacheries" faites
      par les adversaires de notre PEUPLE. Face à l'utilisation des mots
      comme "Bâtards" des Galganov, on est très restrictifs dans nos mots.

      Qui a pu prédire ou croire ou penser qu'à un moment donné on était pour
      incarcérer 500 personnes et qu'on puisse les relâcher dans certains cas
      plusieurs jours plus tard en leur disant qu'il n'y avait rien à leur
      reprocher ? Qu'a-t-on fait comme groupe, comme membre d'un parti
      politique, comme citoyen, comme membre d'un forum politique, ou même
      comme PEUPLE ayant subi de telles atrocités ?

      Je cite les nombreuses raisons de se questionner que Monsieur Vaive
      nous a présenté dans son message :

      Marcel Vaive :"Si le mot trahison fait peur à ces penseurs d'âmes pûrs
      et offensés,c'est qu'ils refusent d'admettre que de trahir tout un
      peuple en toutconnaissence de cause, sachant fort bien que de le
      soumettre à unepropagande mensongère et perpétuelle, c'est d'admettre
      naivement, quenous avons tord de les dénoncer et de les traduires en
      justice. N'attons pas mis en prison tous ceux qui n'ont d'aucune
      façonparticipé aux événements d'octobre en 70, sans tenir de procès et
      dontle geste n'a jamais été rectifé depuis, n'attons pas utilisé
      lesévénements d'octobre pour tuer dans l'âme le mouvement démocratique
      del'indépendance du Québec, n'attons pas infiltrer les
      mouvementsdémocratiques pour les déstabilser de façon qu'ils soient
      anéantis,n'attons pas voler la liste de membre d'un parti démocratique
      dans lebut de connaître tous ceux qui ne partagent pas les
      convictionsfédéralistes, n'attons pas dépenser des argents (et ils
      continent à lefaire...) sans respecter les règles démocratiques établit
      pour tenir des consultations à armes égales afin que tous aient le
      droit des'exprimer démocratiquemet, n'attons pas fait voter des
      milliers degens illégalement cela contraire à nos lois de
      consultatiionspopulaires, n'attons pas fait intervenir l'armée
      canadienne pourintimider le peuple dans sa démarche de choix nationale,
      n'attons pasfomenter la désastibilation de notre gouvernent
      démocratiquement élu dans le but de le faire rejetter par la
      population, n'attons pas agitde façon à déformer les opinions énoncées
      par une cour supérieurdonnant droit au peuple seule de décider de son
      avenir, n'attons pasadopter une constitution sans le consentement d'une
      partie importantede la population de ce pays, n'attons pas fait des
      menaces éconmiquespour répendre la peur chez le bon peuple, n'attons
      pas déformer àl'étranger notre réalité historique et notre volonté de
      continuer à vivre librement comme peuple, n'attons pas nier que nous
      formons unpeuple, n'attons pas dit que le territoire du Québec est
      partionnable,n'attons pas menacer d'avahir le territoire du Québec
      advenantl'indépendance pour protéger tous ceux qui ne sont pas d'accord
      avec lechoix de liberté de notre peuple, n'attons pas utilisé les
      autochtonescontre nous dans le but de servir la cause de l'unité
      canadienne,n'attons pas appuyer ceux qui ne respectent pas nos lois
      linguistiques,n'attons pas dit qu'il serait bon de faire mal au peuple
      du Québec, et j'en passe tellement ils sont nombreux les gestes posés
      pour détruire notre volonté d'assumer notre destin. Si ce n'est pas de
      la trahisontout cela, alors le mot trahison ne devrait plus faire parti
      dudictionnaire et nous devons le bannir de notre vocabulaire. "

      Robert Bertrand : On n'a pas à avoir honte de signaler à un Premier
      Ministre du Québec qu'il se doit d'être attentif pour ce qui pourrait
      l'attendre dans un cours laps de temps si on laisse faire les mandarins
      d'outre frontière nous établir leurs dicktats sans que l'on fasse
      appel, de notre côté, aux interventions internationales par tous les
      organismes possibles.

      Dans cet esprit ne faut-il pas louanger la page parue dans le New-York
      Times ? et payée, semble-t-il par la SSJBM ?
      http://www.vigile.net/9912/60SSJB.pdf

      Les autres Pays du monde sont mis au courant qu'un adversaire de
      l'évolution du Québec comme Pays fait tout en son pouvoir pour exercer
      des contraintes et manipuler les lois qui font son affaire pour
      atteindre un tel objectif ?

      Dans la sitiation actuelle de notre évolution, ne faut-il pas imaginer
      ce qui pourrait justement survenir si on laisse faire nos "ennemis" ?

      Qui a parlé de l'État de Guerre" sur le front constitutionnel ?

      Dans une guerre, il y a et il y aura des manoeuvres bien discutables.

      Que des gens aient des perceptions différentes des nôtres et qu'ils les
      présentent qu'ils nous sensibilisent, je trouve cela parfaitement
      raisonnable. Ce peut être des surprises pour certains, des situations
      "impossibles" pour d'autres.

      Voyez donc le texte de Monsieur Vaive et dites-moi donc ce que vous
      auriez prévu dans tout cela ?

      Et dans ce que Monsieur Vaive nous a présenté, c'est du déjà vu !
      Qu'est-ce qui nous attend, vous pensez ? Vous croyez qu'ils n'ont pas
      de plans "C" et "D" et XYZ ?

      Les âmes tordues par leur mollesse, les journalistes sachant trouver la
      paille dans certains écrits, ne pourriez-vous pas vous ouvrir les yeux
      et les oreilles et y aller avec des antennes pour un avenir prochain
      qui nous attend ?

      La disparition de nombreux journaux, de nombreux postes de radios.... à
      qui cela fait-il l'affaire ? Tout devient contrôler dans quelques
      mains. Et qu'est-ce que l'on peut faire, nous, du peuple ? Les subir
      sans rien dire...?

      Avec INTERNET, je veux le croire, je "nous" souhaite la faillite de ces
      grands journaux qui nous ont façonné à leur image et leur ressemblance.
      Ils sont corrompus et ils veulent nous corrompre absolument.

      LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ.

      Vous croyez que ce sont les journalistes qui doivent nous faire des
      leçons ?

      Robert Bertrand, rédacteur,
      QUÉBEC, Un Pays,
      http://www.multimania.com/quebecunpays/
      http://www.total.net/~qcunpays/
      http://www.geocities.com/CapitolHill/Parliament/3488/index.html
      http://www.iquebec.com/QUEBECUNPAYS
      http://QUEBECUNPAYS.iquebec.com
      1999-12-28
    Votre message a été envoyé avec succès. Il sera livré sous peu aux destinataires.